Cette crise sanitaire, on ne l’attendait pas. Nous regardions l’épidémie de coronavirus se propager à l’autre bout du monde, sans vraiment croire qu’elle nous atteindrait. Mais elle est là, violente, soudaine. Nous faisant craindre pour nos proches et nous-mêmes, d’autant plus si nous sommes atteints de maladies chroniques. Les soignants sont au front, à l’affronter comme ils peuvent. La crise économique ne se fait pas attendre, et le gouvernement réfléchit sûrement à l’après, la reconstruction. Mais c’est peut-être justement l’occasion de faire différemment, mieux. Et ce mieux s’est déjà frayé un chemin parmi nous. En attestent les nombreuses initiatives et les élans de solidarité qui fleurissent. Comment tirer parti de cette entraide collaborative pour construire notre système de santé de demain ?

Face à la crise du coronavirus, l’exemple des nouvelles organisations en entreprise

Les entreprises s’organisent et relèvent de nouveaux défis. Notamment celui de manager différemment et de mener leurs équipes à distance.

Les employés trouvent progressivement leurs points de repères et leur organisation, chez eux.

Les solutions collaboratives ouvrent leurs portes, gratuites ou non, améliorant leur utilisabilité. Trello, Zoom, Slack, et d’autres, connaissent leurs heures de gloire (non, nous ne parlerons pas de Netflix ici).

Les indépendants et les entreprises qui ont déjà ce mode de fonctionnement dans leur ADN partagent leurs astuces de productivité.

Les conférences en ligne se multiplient pour aiguiller au mieux les entreprises et les employés dans ces nouveaux modes d’organisation.

De plus, la période est propice à l’apprentissage, à la formation continue.

Les formateurs proposent leurs produits gratuitement ou, en tout cas, à prix cassé. N’importe qui ayant un savoir-faire, utile aux autres, désire le partager.

Le partage de connaissances et de savoir-faire n’a jamais été aussi fort.

Ce que nous devons retenir de l’exemple des entreprises 

  • Le travail à distance et l’utilisation d’outils collaboratifs.

  • Le partage de trucs et astuces pour améliorer la productivité et les modes d’organisation.

  • L’utilisation du temps disponible pour l’apprentissage et la formation continue.

Comment tirer parti de l’exemple des entreprises, pour garantir, demain, la continuité des soins et la qualité de vie des malades chroniques ?

  • Mettre en place des outils collaboratifs entre médecine de ville et hôpital (ou établissements) afin de mieux coordonner la prise en charge des malades chroniques, et définir qui est le « correspondant » du malade, son point de contact

  • Garder la capacité de partager les trucs et astuces entre pro de santé et la développer entre malades

  • Profiter du temps disponible pour renforcer l’éducation des malades et de leurs aidants, en rendant gratuit l’accès aux outils disponibles en ligne

  • Profiter également du temps disponible pour former à distance les malades à l’usage des outils digitaux

Face à la crise du coronavirus, l’exemple de l’entraide au quotidien

Au quotidien, l’entraide bat son plein. L’isolement fait place à la solidarité.

Les réseaux sociaux et sites communautaires n’ont jamais été aussi utiles. Ils encouragent les échanges, ils font sourire, rire, ils mettent en lumière les initiatives d’entraide de personnes lambda.

Nous n’avons jamais autant pris de nouvelles de nos proches, même de nos amis les plus lointains, voire d’inconnus.

Les immeubles, quartiers, villes et villages voient fleurir des affiches ou groupes en ligne, où sont partagés coordonnées, astuces et bons plans pour :

  • Garder les enfants de ceux qui sont en première ligne ;

  • Préparer à ceux-ci des plats réconfortants, voire leur proposer un logement ;

  • Faire les courses où maintenir un lien social pour les personnes en difficultés, isolées, fragiles ou précaires.

Les associations d’aide œuvrent chaque jour, des entreprises proposent gratuitement leur solution de mise en relation, les dons affluent.

Et tous, nous nous soutenons, et applaudissons ceux en première ligne.

Ce que nous devons retenir de l’exemple de l’entraide au quotidien 

  • Partager pour rompre l’isolement

  • Proposer son aide à ceux qui en font la demande

Comment tirer parti de l’exemple de l’entraide au quotidien, pour garantir, demain, la continuité des soins et la qualité de vie des malades chroniques ?

  • Structurer les outils de partages et d’échanges afin de mieux identifier les besoins des malades. Stop aux forums ou l’on discute de tout et de rien !

  • Maintenir cette entraide au quotidien en développant des outils permettant de faire se rencontrer les besoins des malades chroniques avec les aides proposées par d’autres

Face à la crise du coronavirus, l’exemple d’une collaboration entre soignants et d’une solidarité

Ces manifestations spontanées s’appliquent également pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Pour aider les soignants à prendre en charge au mieux les personnes contaminées par le Covid-19, ainsi que tout autre patient, atteint d’une maladie aigüe ou chronique.

Des entreprises adaptent leur industrie pour produire des masques, visières de protection, solutions hydro alcooliques, blouses et calottes.

Les dons affluent aussi, pour permettre l’achat de matériels médicaux.

Les téléconsultations semblent enfin en plein en boom.

Les services en ligne organisationnels et relationnels sont mis à disposition des professionnels de santé.

De nouvelles innovations voient le jour à une rapidité vertigineuse.

La coordination entre soignants devient naturelle.

Les barrières sont levées. L’action prend le pas sur les temps de réflexion habituellement trop longs et les considérations politiques ou corporatistes.

Nous n’avons jamais été aussi collaboratifs et solidaires.

Confinés ou en plein cœur de l’action, l’entraide et l’auto-organisation se mettent naturellement et logiquement en place.

Ce que nous devons retenir de l’exemple d’une collaboration entre soignants et d’une solidarité

  • Identifier précisément les besoins. Exemple : si on c’était focalisé sur les masques, on n’aurait pas imaginé les visières ou l’utilisation de masques faciaux de plongée. Car le besoin précis n’est pas un masque, mais une protection contre les micros expulsions

  • Donner la priorité à l’action

Comment tirer parti de l’exemple d’une collaboration entre soignants et d’une solidarité, pour garantir, demain, la continuité des soins et la qualité de vie des malades chroniques ?

  • Identifier précisément les besoins des malades chroniques. Cela passe par des échanges « structurés » entre malades et la mise à disposition d’espaces, physiques ou digitaux, de partage de solutions existantes ou de co-construction collaborative de nouvelles solutions.

  • Donner la priorité à l’action, à savoir mettre en œuvre ce qui permet de répondre aux besoins et aux préférences des malades chroniques. Mettre en œuvre et évaluer pour améliorer.

Des situations d’urgence naissent les plus belles initiatives collaboratives

Nous vivons un moment particulier, difficile, dont la soudaineté et la nouveauté nous déstabilisent, chacun à notre échelle.

Mais les solutions émergent rapidement. Par l’échange et le partage d’expériences.

Dans un premier temps, nous avons certainement appris des pays qui ont été dans la même situation avant nous.

Ensuite, il n’y a rien de plus fiable que l’expérience d’une autre personne. Dans un contexte tel que celui que nous vivons, nous trouvons des solutions par l’interconnaissance.

C’est parce que les gens échangent que des solutions se mettent en place rapidement.

C’est parce que les gens osent s’exprimer sur leurs difficultés, leurs besoins, qu’ils trouvent des réponses grâces et avec les autres.

En échangeant, nous comprenons ce que vit l’autre, qui est bien souvent similaire à ce que nous vivons nous-mêmes, surtout dans une situation de crise, telle que celle du coronavirus. Des besoins, collectifs, émergent.

D’ailleurs, les solutions et l’entraide se mettent difficilement en place pour une personne qui en exprime, seule, le besoin. Mais c’est le cas pour un collectif qui se manifeste.

Lorsque les difficultés sont exprimées par beaucoup de personnes, alors les réponses sont vite trouvées.

Quand le plus grand nombre fait part des mêmes problèmes, l’information remonte et les choses s’organisent.

D’autant plus dans un contexte de crise et d’urgence. Où les communautés se font plus fortes. Où le collaboratif se met automatiquement en place.

Ces logiques d’échanges et de solidarité s’appliquent aussi bien en entreprise, au quotidien, que pour le système de santé, comme nous l’avons évoqué précédemment.

Mais, cette collaboration et cette entraide vont-elles perdurer après la crise ? Et notamment en santé, pour répondre au mieux aux besoins des malades chroniques ?

Logo HEROIC santé représentant des malades chroniques qui communiquent entre eux

Tirer les leçons d’aujourd’hui pour faire la santé de demain

Les innovations émergent plus facilement dans un contexte de tension. L’action est de mise. Et bien souvent, elle répond efficacement et rapidement aux urgences. Mais, cette logique d’action collaborative, il faut la maintenir demain.

Pourquoi ne pas oser se projeter dans un après où nous pourrions être capables d’agir rapidement, selon les besoins exprimés ?

Encore faut-il que ces besoins soient effectivement évoqués. Et ce, non par une somme d’individus, mais par une majorité, un collectif.

Encore faut-il également que cette expression soit entendue, et non pas seulement écoutée.

Pour lutter contre le COVID-19, les soignants ont rapidement mis en place des solutions. Certes, avec les moyens du bord. Mais en échangeant entre services, entre structures, entre l’hôpital et les professionnels de santé de ville.

Les avez-vous vu prendre la parole sur les réseaux sociaux ? C’est la première fois que les soignants font part de leurs difficultés à la population, et non pas qu’aux politiques. Au sein de communautés en ligne, ils appellent aux dons de matériels ou financiers. Ils appellent à rester chez soi. Et ils sont entendus.

Pourrons-nous oser nous exprimer ensemble et nous entendre demain, lorsque la crise sanitaire sera apaisée ?

Les organisons pourront être efficaces, les innovations pourront être pertinentes, les produits et services pourront être adaptés, le système de santé pourra être efficient… Seulement si les échanges et l’écoute perdurent :

  • Entre soignants,

  • Entre malades,

  • Entre malades et soignants.

En tant que malades chroniques, plus vous serez à parler de vos difficultés, plus il sera possible de trouver des solutions adaptées. Et ainsi personnaliser les prises en charge.

Même les besoins qui vous paraissent les plus infimes doivent être dits, car ils sont insoupçonnés pour vos soignants.

Créez des collectifs, rassemblez-vous en communautés, utilisez la puissance des communautés de malades chroniques. Osez parler des impacts de la maladie chronique sur votre quotidien. Expliquez vos besoins, vos envies. À d’autres patients qui sont passés ou qui vivent la même épreuve que vous. Aux soignants, qui ne peuvent pas tout savoir.

Nous ne l’attendions pas, mais l’épidémie de coronavirus est déjà source d’apprentissages, d’entraides, de collaborations, et d’innovations. Qui peuvent nous servir dans l’après. Si nous nous en emparons. Comment appliquer ce que nous sommes capables de faire aujourd’hui dans un contexte d’urgence à notre système de santé de demain ? En continuant d’échanger. Entre malades chroniques, entre soignants, entre malades chroniques et soignants. En osant exprimer haut et fort, collectivement, nos besoins. Pour que des solutions adaptées émergent, rapidement.

Restez chez vous et rejoignez les communautés de malades chroniques pour exprimer vos besoins et préférences, partager vos solutions, co-construire collaborativement vos nouvelles solutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.