Les relations sociales : un facteur protecteur face à la maladie ? 

6 Jan 2023 | blog

L’isolement social et la solitude augmentent le risque de mourir prématurément. » 

Les relations sociales sont importantes dans le quotidien, cela permet des moments agréables, du soutien, et de l’interactivité. Mais ces relations jouent également un rôle essentiel sur notre santé. 

Un impact physique

Si les bienfaits des relations sociales sur le corps ne sont pas forcément connus, ils n’en sont pas pour le moins impressionnant. 

En effet, le contact physique avec ses proches comme une accolade ou encore un câlin apportent de nombreux bienfaits. 

Des câlins comme antidépresseurs 

Selon la neuropsychologue Céline Rivière, les câlins seraient indispensables à notre équilibre. La première raison est qu’un câlin libère une hormone qui s’appelle l’ocytocine, aussi appelée hormone du bonheur. Cette hormone est produite par le cerveau suite à cette action et produit alors un effet d’apaisement et une sensation de bien-être immédiat. Un câlin est un geste assimilable à de la bienveillance et de l’amour et qui peut considérablement faire baisser le niveau de stress.

Les câlins favoriseraient également les liens sociaux ; quand l’hormone d’ocytocine est activée, la personne concernée aura beaucoup plus de facilité à aller vers l’autre. Lorsqu’une personne reçoit un câlin, elle se sent moins seule, même s’il ne dure qu’un court instant, on se sent pendant ce laps de temps, reconnecté à quelqu’un. C’est ainsi un antidépresseur naturel. 

Des risques en cas de mauvaises relations sociales ou d’isolement social 

L’isolement social et le stress sont néfastes pour la santé, notamment la santé cardiovasculaire. En effet, ces deux facteurs augmenteraient de deux fois le risque d’événements cardiovasculaires et seraient également des facteurs prédictifs d’hypertension, de maladie coronarienne (regroupent les maladies qui se déclenchent lorsque l’approvisionnement en sang du muscle cardiaque (appelé myocarde) est interrompu ou bloqué), ainsi que d’insuffisance cardiaque ou même d’infarctus. 

Les relations sociales contribuent donc à diminuer le risque d’événements cardiovasculaires et à améliorer l’espérance de vie. 

Lorsqu’une personne est entourée socialement, et qu’elle est bien entourée, elle aura plus tendance à recevoir de bons conseils par ses proches en cas de problèmes de santé et de consulter rapidement suite à une anomalie. Les personnes isolées ne peuvent compter sur un tel support en raison de l’absence de personnes de confiance dans leur entourage. 

Un impact sur la santé mentale 

Les relations sociales ont un impact certain sur la santé mentale d’un individu. La présence d’autrui permet de lutter contre la solitude et l’isolement et d’avoir un soutien moral, une personne à qui parler, en cas de difficultés liés au tracas de la vie. 

Le risque de dépression est considérablement réduit pour les personnes le plus engagées socialement parlant. 

De plus, selon une étude, ne pas être entourés d’amis reviendrait à fumer 15 cigarettes par jour. L’isolement social serait donc équivalent à la consommation d’une certaine quantité de cigarettes, de tabac. 

Les relations sociales : une question d’ADN : « Qui se ressemble s’assemble » 

Et si la génétique programmait nos relations ? Selon une étude publiée par le Framingham Heart Study dans la revue Proceedings of the National Academy of Science, l’ADN jouerait un rôle dans les relations qu’une personne entretient avec ses amis proches, comme si deux personnes étaient génétiquement programmées pour s’entendre. Ce qui ressort de cette étude est la proximité génétique entre amis par rapport à des inconnus. Un ami proche atteindrait une proximité génétique équivalente avec la personne concernée, à celle d’un cousin au quatrième degré. 

En outre, on ne choisirait possiblement pas ses amis, ça serait l’ADN qui s’en chargerait. 

Lorsque le mental joue sur le physique 

Ce n’est plus à prouver, la santé mentale et la santé physique sont liés. Mais comment les relations sociales appuient-elles sur ce lien entre corps et esprit ? 

Comme expliqué précédemment, les liens sociaux sont indispensables pour une bonne santé mentale et physique. En effet, l’isolement social et la solitude augmentent le risque de mourir prématurément et sont considérés comme un impact bien établi au même titre que l’obésité, la sédentarité ou même le tabagisme. 

Les personnes ayant des relations sociales adéquates ont un risque de mortalité prématuré diminué jusqu’à 50%, comparativement à ceux dont les relations sociales sont insatisfaisantes.

Mais pourquoi ? 

L’impact des relations sociales n’est pas seulement psychologique, il a aujourd’hui été clairement établi que l’isolement est perçu comme une forme « d’agression » pour le corps. Cela provoque alors l’activation des mécanismes physiologiques qui sont impliqués dans la réponse au stress, comme la sécrétion de cortisol et d’adrénaline. 

De plus, plusieurs études ont montré que des facteurs psychologiques comme le stress, l’anxiété, la dépression et l’absence de relations sociales adéquates exercent une influence négative sur la santé et diminuent ainsi significativement l’espérance de vie. 

Par ailleurs, l’Université d’Harvard mène une étude depuis 75 ans maintenant, qui détermineraient les facteurs d’un vieillissement en bonne santé. La principale conclusion de cette étude est très simple, ce sont les relations interpersonnelles de qualité, qu’il s’agisse de famille ou d’amis, qui représentent un des plus importants facteurs prédictifs du bonheur et de la bonne santé d’une personne au cours de sa vie.

 

Vous aimerez aussi…