Oui, on peut faire du sport quand on est hémophile !

Contrairement aux idées reçues, l’activité physique est tout à fait possible quand on est hémophile, elle est même recommandée !

Toutefois, cette activité doit être adaptée pour pouvoir être pratiquée en toute sécurité, on vous explique comment la préparer au mieux.

Hémophilie : Faire du sport pour améliorer son état de santé

Alors qu’on pourrait penser le contraire, l’activité physique est en effet fortement conseillée pour les patients hémophiles. Elle renforce les muscles et articulations, ce qui va permettre de réduire l’impact des chocs vécus au quotidien, et ainsi limiter les risques d’hémorragie et les différents traumatismes. Le développement et l’assouplissement des muscles permet également aux hémophiles de bouger plus librement, de développer leur mobilité et ainsi de réduire le risque de blessures qui pourraient entrainer des hémorragies.

Le sport a aussi un impact positif pour réduire vos comorbidités. Surpoids, douleurs chroniques, diabète, problèmes cardio-vasculaires, oxygénation de l’organisme… Sont autant de facteurs aggravant de la maladie qui peuvent être réduits par la pratique d’une activé physique.

Enfin, la pratique sportive est d’autant plus indiquée pour les hémophiles dès le plus jeune âge puisqu’elle permet une meilleure croissance musculaire et osseuse chez l’enfant

 

Protéger les articulations et muscles

Les saignements à répétition des hémophiles entrainent la plupart du temps de vives douleurs aux articulations, le sang ayant la particularité de dégrader le cartilage osseux. Des douleurs qui entrainent une perte de mobilité, de souplesse et, dans les cas les plus sévères, des problèmes d’arthrite et un handicap.

Des douleurs qui peuvent, dans les cas les plus sévères, s’avérer quasiment insurmontables dans le cadre d’une pratique sportive.
Cependant, le sport et l’activité physique, alliés à des séances régulières de kinésithérapie, restent la meilleure prévention face à ces douleurs et permettent de préserver les articulations de séquelles irréversibles.

Quels sports pratiquer quand on est hémophile ?

Même si l’activité physique est recommandée pour les malades de l’hémophilie, tous les sports ne se valent pas. On évitera par exemple les sports de contact ou de combat, et plus globalement les sports où les contacts sont réguliers et peuvent être violents, comme le rugby, la boxe ou les arts-martiaux.

On évitera au maximum les sports individuels qui se pratiquent sans encadrement, comme le vélo ou le running, pour la simple et bonne raison que le risque zéro n’existant pas, il vaut mieux pratiquer un sport avec un coach, avec des encadrants qui pourront intervenir rapidement en cas de problème.
Cependant, ceux-ci doivent être informés de votre état de santé pour pouvoir réagir de façon appropriée.

Natation en piscine surveillée, zumba, tennis, tennis de table, pilates, badminton… et d’autres ! Sont autant de sports recommandés aux malades hémophiles qui vous permettront de mieux vivre votre maladie au quotidien.

 

Pour échanger entre malades chroniques et savoir comment des patients comme vous arrivent à réconcilier sport et maladie chronique, visitez nos labos d’idées !

1 réponse
  1. Le pabic
    Le pabic dit :

    Je ne suis pa d accord la pratique du vélo est fortement conseillée.pas de traumatisme aux niveaux articulaires.travaille la musculature et le cardio en douceur.par contre ne pas aller seul et avoir toujours ça carte d hémophile sur soit.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.