Faire du sport quand on est Malade Chronique : c’est possible !

On a longtemps considéré que les malades chroniques devaient se tenir éloignées du sport, que l’activité physique n’était un danger de plus pour elles. Et si c’était l’inverse ?

Le sport est bourré de bienfaits pour les malades chroniques, comme pour tout un chacun, focus sur ses nombreux bienfaits au quotidien.

Le sport comme traitement de la maladie

Le sport peut avoir des résultats comparables à ceux d’un médicament. Ses nombreux effets bénéfiques permettent d’améliorer l’état de santé global d’un patient et, dans certains cas, de diminuer le besoin d’avoir recours à des médicaments.

C’est le cas par exemple des malades de diabète de type 2 ou des patients atteints par la maladie de Crohn. Le sport permet une meilleure régulation de la glycémie ainsi que la sécrétion d’anti-inflammatoires naturels qui aident à diminuer les effets négatifs de ces pathologies.

Pratiquement un sport régulièrement booste aussi les systèmes de défense de l’organisme et permet une meilleure résistance aux infections, et une meilleure récupération.

Mais les bienfaits du sport ne se limitent pas à ces deux seules maladies : le sport aide à mieux vivre la quais totalité des maladies chroniques ! L’activité physique est d’ailleurs considérée par la Haute Autorité de Santé comme un traitement non médicamenteux à par entière depuis 2011.

Si elle est utile en prévention du développement de maladies chroniques, l’activité physique permet également une amélioration de l’état de santé parfois comparable à celle permise par des traitements par médicaments.

Il n’est évidemment pas question de remplacer du jour au lendemain la prise de médicaments par des activités sportives, mais une approche conjointe permet de réduire durablement la médication classique.

 

Une pratique accessible à tous

Non, il ne faut pas être déjà jeune et sportif pour entamer une activité sportive régulière. Des pratiques existent pour tous les niveaux et tous les âges qui vous aideront à bien commencer et à très vite en ressentir les effets positifs. 

Même chez des patients parfois très diminués physiquement (suite d’AVC, insuffisance cardiaque, BPCO…) les exercices de haute intensité en intermittent sont recommandés, en complément d’une rééducation à l’effort sur des activités d’intensité plus modérées. Ce sont ces exercices intenses qui vont fortement contribuer à une amélioration de la condition physique, notamment au niveau musculaire et cardiaque, et qui vous permettront de vous sentir mieux dans votre corps.

Si les différentes pathologies ne sont pas une contre-indication à la pratique d’une activité physique régulière, attention à ne pas se lancer seul et sans conseils. N’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant et/ou à vos coaches sportifs qui sauront vous aiguiller et vous conseiller pour adapter votre pratique sportive à votre état de santé.

 

Pour plus d’informations et d’échanges avec d’autres patients qui, comme vous, cherchent à reprendre ou ont repris une activité sportive, rejoignez notre labo d’idées dédié à ce sujet.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.