Aidant : êtes-vous éligible au congé de 3 mois indemnisé par l’Etat ?

1er octobre 2020 : Un nouveau congé indemnisé pour les aidants

Depuis le 1er octobre 2020, les proches aidants de personnes dépendantes (handicapées, âgées, malades chroniques ou de longue durée…) peuvent prendre un congé indemnisé par l’État de 3 mois pour se consacrer à leur rôle d’aidant.

Une mesure qui vise à les aider à mieux concilier l’aide à leurs proches avec leur vie professionnelle puisque 47% des aidants travaillent en plus à temps plein.

 

Entre 960 et 1 145€ d’indemnités mensuelles

Financé par la CAF (Caisse d’Assurance Maladie), ce congé est indemnisé de 43,83€/jour pour un aidant en couple à 52,08€/jour pour un aidant célibataire. Une indemnité calculée pour permettre aux aidants de couper plus facilement avec leurs activités professionnelles.

Puisque cette indemnité constitue un revenu de remplacement, elle n’est pas cumulable avec une autre allocation, et doit être déclarée parmi vos revenus imposables. Elle ouvre également des droits à la retraite.

 

Qui est éligible ?

Tous les aidants salariés, indépendants ou en période de chômage et indemnisés au titre de l’indemnité de retour à l’emploi peuvent en faire la demande auprès de la CAF (Caisse d’Assurances Maladie), sous condition d’aider une personne proche dépendante reconnue comme telle par un médecin et/ou indemnisée au titre de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie).

Ce congé n’est pas disponible pour les retraités, étudiants et les personnes non indemnisées au titre de l’indemnité de retour à l’emploi.

 

Les démarches pour y accéder

Pour faire la demande de congé indemnisé pour aidants il faut :

– Remplir ce formulaire auprès de la CAF (Caisse d’Assurance Maladie)

– En faire la demande à son employeur au minimum un mois avant la date de départ en congé. Si toutes les conditions sont remplies, votre employeur ne peut pas vous refuser ce congé. Le délai d’un mois peut être écourté voire ignoré si l’Etat de santé de la personne aidée se dégrade soudainement et est attesté par un médecin, ou que l’établissement où elle réside cesse brutalement de l’héberger.

– Une déclaration sur l’honneur dans laquelle la personne aidée affirme n’avoir jamais eu recours au congé d’indemnité aidant auparavant 

– Un document administratif justifiant que la personne aidée nécessite la présence d’un aidant (copie de décision de tribunal ou d’attribution d’allocation personnalisée d’autonomie (APA))

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.