blog
0

AVC : retour au travail ? 

Lorsque je suis retournée au travail, j’ai commencé par des demi-journées. J’ai essayé de travailler tous les jours, mais j’étais tellement fatiguée que j’ai réduit cette charge à deux ou trois jours. », témoignage de Keitha, Cœur et AVC 

Un AVC (accident cardio vasculaire), aussi appelé « attaque », survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché ou un vaisseau sanguin rompu. 

Comment se prépare un retour au travail suite à un AVC ? 

Suite à un AVC, si un retour au travail est envisagé, plusieurs étapes sont à prévoir. 

Comme l’explique le site Ameli, une visite de pré-reprise avec le médecin du travail est nécessaire et même obligatoire après une absence de plus de 30 jours et dois être effectuer dans un délai de 8 jours. 

À quoi va servir cette visite de pré-reprise ? 

Elle va servir à évaluer les aptitudes au post de travail occupé et de pouvoir, si nécessaire, proposer des mesures adaptées. 

De quelle manière reprendre ? 

Comme l’explique le site Assistance publique hôpitaux de Paris, le retour au travail peut se faire de différentes manières : 

  • Un retour à temps plein ou partiel, comme avant l’AVC. 
  • Un retour à mi-temps thérapeutique : il s’agit d’une reprise d’activité à temps partiel en conservant une partie des indemnités versées par l’assurance maladie. Pour se faire, l’accord de l’employeur est obligatoire.
  • Un retour avec aménagement du post de travail : le médecin du travail évalue le bienfondé de l’aménagement éventuel du poste de travail. 

Toutefois, si la reprise n’est possible d’aucunes de manières énoncées ci-dessus, deux solutions sont alors possibles : 

  • Un reclassement professionnel : le médecin du travail déclare l’inaptitude au travail. L’employeur doit alors chercher une solution de reclassement sous réserve que celle-ci puisse se réaliser dans l’entreprise.
  • Une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé : il est possible d’effectuer une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées. 

Comment puis-je être sûr que je suis apte à retourner au travail ?

Le retour au travail est une question importante qu’il faut traiter avec soin. 

Mais comment savoir si le retour au travail est possible ou même si c’est une bonne idée ? 

Des paramètres à ne pas négliger 

Certains critères sont à prendre en compte et pourront certainement répondre à cette question. Pour envisager un retour au travail, il faut s’appuyer sur 5 points importants : les capacités physique, les habiletés en matière de communication, les habiletés cognitives, les habiletés psychologiques et enfin la capacité à se déplacer. 

Pour chaque domaine, certaines informations sont à prendre en compte, comme l’explique le site Coeur + AVC. 

Capacités physiques : 

  • Usage des bras
  • Usage des jambes 
  • La vision 
  • La fatigue 

Habiletés en matière de communication : 

  • Parole 
  • Écoute
  • Écriture 
  • Lecture 

Habiletés cognitives : 

  • Mémoire
  • Attention
  • Résolution de problèmes 
  • Rapidité de pensées 
  • Fatigue 
  • Capacité de planifier et sens de l’organisation 

Habileté psychologique : 

  • Niveau de frustration 
  • Niveau de stress 
  • Capacité de supporter le stress 
  • Confiance 

Capacité de se déplacer : 

  • Capacité de conduire 
  • Accès aux transports 

En fonction de ces différents paramètres, la reprise pourra ou non être envisagé. 

Évidemment, seul le médecin traitant et/ou le médecin du travail peut être apte à décider ou non un retour au travail, et surtout de quelle manière. 

Les bons gestes à avoir envers un collègue ayant eu un AVC

La communication est la clé pour la réintégration réussir d’un collègue ou collaborateur ayant eu un AVC. En effet, cet accident peut engendrer un handicap au quotidien et un risque de rechute n’est pas négligeable. 

Le handicap qui résulte d’un AVC peut différer selon les personnes. Cela peut être une difficulté d’élocution, de la maladresse dans les gestes ou les mouvements ou même une perte de mémoire. 

Ainsi, la communication, la patience et l’écoute seront indispensables pour aider un collègue à se réintégrer lors de son retour au travail. 

Mais comment prévenir une éventuelle rechute ? 

Trois principaux symptômes sont à prendre en compte pour prévenir un AVC : 

  • Une déformation de la bouche 
  • Une faiblesse d’un côté du corps, d’un bras ou d’une jambe 
  • Des troubles de la parole 

Si un ou plusieurs symptômes se font remarquer chez votre collègue, appelez les secours, allongez la personne avec un oreiller sur la tête et laisser la dans cette position jusque’à l’arrivé des secours. 

Vous aimerez aussi… 

More Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.