blog
0

Troubles du sommeil : les 5 dangers qui vous guettent

Difficultés à vous endormir, réveils à répétition, terreurs nocturnes, insomnie, fatigue dès le matin… Faites-vous partie de ces 20% de français à souffrir de troubles du sommeil ? 

Si vous avez une maladie chronique, les troubles du sommeil font probablement partie de votre quotidien, selon les périodes.

 

Quel est l’impact des troubles du sommeil sur votre santé ?

Si rien n’est fait pour remédier à vos troubles du sommeil, ceux-ci peuvent entraîner des conséquences sur votre santé, votre état physique ou psychologique.

Ils peuvent aggraver les symptômes de votre maladie chronique et les douleurs.

 

Votre système immunitaire est affaibli.

Vous êtes plus sujet aux virus et infections, aux maladies aigües. Votre système immunitaire a plus de mal à combattre votre maladie chronique.

 

Vous avez des difficultés à vous concentrer et retenir des informations.

La nuit porte conseil… Lorsque l’on dort, le cerveau construit notre mémoire. Nous lui laissons le temps d’intégrer de nouvelles informations et de les interpréter. 

S’il manque de repos, il manque d’énergie pour le faire. Vous avez plus de difficultés à retenir les choses, à apprendre. Vous avez du mal à vous concentrer. Vous êtes moins vigilant.

 

Vous risquez de prendre du poids.

Si vous ne dormez pas assez, votre corps manque d’énergie. Pour compenser, où allez-vous trouver cette énergie ? En mangeant des choses sucrées, ou riches en graisses. 

La fatigue agit également sur la régulation de l’appétit. Le cerveau produit moins de leptine, l’hormone de la satiété. Nous avons ainsi tendance à manger plus. 

De plus, lorsque l’on est fatigué, nous avons moins envie de faire de l’activité physique, nous ne sommes pas en forme ou nous sommes moins performant. Le moindre effort semble plus difficile à réaliser.

À long terme, vous pouvez prendre du poids ou développer un diabète de type 2, ou aggraver votre maladie chronique.

 

Vous êtes à fleur de peau.

La fatigue joue sur votre état de bien-être. Vous avez du mal à contenir vos émotions. Vous êtes plus irritable, triste ou déprimé. Vous craquez plus facilement.

Sur le long terme, des troubles cognitifs peuvent apparaître. Des études sont également en cours pour connaître l’impact du manque de sommeil sur les maladies neurodégénératives.

 

Vous pouvez développer certaines maladies chroniques.

Un manque de sommeil peut conduire à la production d’hormones et de molécules qui augmentent le risque cardiaque (hypertension artérielle, infarctus). Le manque de sommeil est également un facteur de risque du diabète de type 2.

 

Vous êtes préoccupé ou stressé

Le quotidien amène son lot de préoccupations : un travail prenant, une relation familiale ou amicale qui vous peine ou votre maladie chronique qui prend parfois le dessus sur votre vie.

D’autant plus que la situation actuelle n’arrange rien. On a d’ailleurs tendance à sous-estimer l’impact de l’épidémie de Covid-19 et du confinement. Nous sommes nombreux à ressentir de l’anxiété, consciemment ou même inconsciemment.

Et l’hiver et son manque de lumière n’arrangent rien non plus.

 

Les tensions vous maintiennent dans un état d’hyper éveil : elles vous empêchent de dormir, car vous vous inquiétez et vous ressassez.

Ce qui vous stresse encore plus !

Petit à petit, vous angoissez à l’idée de ne pas dormir. 

Vous finissez par anticiper vos problèmes de sommeil. Vous reculez l’heure du coucher. 

 

Il y a encore quelques années, je comptais mon temps de sommeil sur le bout des doigts. 6h, 7h, 8h… Est-ce que je vais suffisamment dormir ? Pfff, je vais être fatiguée demain. Je vais avoir du mal à tenir en réunion

De peur d’être fatiguée le lendemain, j’angoissais. Et, par conséquent, cela m’empêchait de dormir. Alors, oui, j’étais fatiguée le lendemain.

 

Votre alimentation est peut-être à changer

On n’y pense pas forcément, mais l’alimentation joue beaucoup sur le sommeil.

Par exemple, des aliments riches en graisses, tels que le fromage ou la viande, sont des excitants.

De plus, la viande met du temps à être digérée. Mieux vaut donc éviter d’en manger le soir.

 

D’ailleurs, nous vous conseillons de dîner 2 à 3h avant d’aller vous coucher.

 

Vous avez un cycle de sommeil irrégulier

Un jour, vous vous couchez à 22h, le lendemain à minuit. Vous dormez peu la semaine, entre 6h et 7h. Le week-end, vous essayez de “récupérer”, alors vous dormez 9h ou 10h d’affilée. Pourtant, vous vous réveillez fatigué. Pourquoi ? Un cycle de sommeil irrégulier est votre pire ennemi.

 

Aussi, si vous sortez d’une période intense où le sommeil n’avait pas beaucoup de place, vous pouvez avoir des difficultés à vous endormir. Votre cerveau a été stimulé pendant un bon moment, il a du mal à trouver le bouton off. Il va falloir du temps pour le réhabituer à se reposer plus tôt.

 

C’est un peu comme un décalage horaire, lorsque vous voyagez. Selon les personnes, la moindre variation – 30 minutes, 1h ou 3h – joue sur votre sommeil.

 

Les écrans ont trop de place dans votre vie, tout du moins le soir

Oui, ça a été dit et redit, mais c’est pourtant bien vrai : les écrans peuvent entraîner des troubles du sommeil.

La lumière bleue de ces écrans arrive directement dans les yeux, en grande quantité. C’est comme si cette lumière bleue indiquait au cerveau que c’est le jour. Elle inhibe la sécrétion de mélatonine, l’hormone qui indique à notre organisme que c’est la nuit.

 

Rivés sur notre smartphone, notre tablette ou notre ordinateur, nous signifions à notre organisme qu’il fait encore un peu jour. Alors, difficile de s’endormir dans ces conditions.

 

Votre environnement ne favorise pas une bonne nuit de sommeil

Un matelas dur ou au contraire pas assez, des bruits dans la rue ou venant des voisins, trop de lumière, une décoration pas vraiment à votre goût, une chambre peu meublée ou trop… Cet environnement est peu propice à une nuit reposante.

 

De plus, même si nous savons bien que vous aimez avoir chaud dans votre lit douillet, la chaleur peut troubler votre sommeil.

Pour preuve, l’été, s’endormir est parfois un parcours du combattant. Il en va de même lorsque la température dans votre chambre est supérieure à 21°. Vous risquez d’avoir une nuit entrecoupée de plusieurs réveils.

 

Votre maladie chronique entraîne des troubles du sommeil

Les symptômes de votre maladie chronique peuvent perturber votre rythme de sommeil et vos nuits. Selon l’INSERM, 30 à 50% des personnes atteintes de maladies chroniques ont des troubles du sommeil

Il est également probable que votre traitement perturbe aussi votre sommeil. C’est le cas de plusieurs médicaments qui agissent contre une maladie cardiovasculaire, une hyperthyroïdie, une dépression, de l’asthme ou encore des douleurs musculaires par exemple.

Et vous, souffrez vous de troubles de sommeil ? Venez nous en parler en vous inscrivant sur HEROIC santé, la plateforme dédiée à l’amélioration de la vie quotidienne des malades chroniques.

More Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu